dimanche 3 mars 2013

BENJAMIN PERET-PORTRAIT DE MAX ERNST

MAX ERNST 1965


 Il avait les oreilles d’une huître
et ses cheveux dansaient dans la mousse
lorsque les rochers blancs s’évaporaient
au passage des mouches
Il avait les yeux bleus comme les olives
il avait les olives noires comme son ventre
et demandait aux cheminées le secret
de la fumée
qui court dans l’axe de ses yeux
comme la neige des spectres
lorsque les pierres s’habillent à la mode de leurs pères
dont les pieds s’allongent comme un rayon de soleil
le long des schistes
des bois tricolores
des tulipes nageant comme une raie dans l’avenue des pieds
gelés
des squelettes aux os de gramophone
des vitres blanches comme une escalope
des statues de radis
des cuivres morts
et surtout des filets d’eau douce coulant au fond des oreilles de saints .


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire